Pourquoi pas nous ? ~ Becky Albertalli & Adam Silvera

Je crois au coup de foudre. Au destin, à l’univers et tout le toutim. Mais pas dans le sens que vous imaginez. Pas dans le sens où « nos âmes ont été séparées, ce qui fait de toi ma moitié jusqu’à l’infini et au-delà ». Simplement, je suis persuadé que certaines rencontres sont pour ainsi dire écrites. Et que l’univers les pousse sur votre chemin.

informations

Genre : Young adult, romance, contemporain
Pages : 380 pages
Edition : Hachette
Date de sortie : 31 octobre 2018

417A591A-C28D-4AF7-89F2-1BEF4F6F195A

Quatrième de couverture : Arthur est à New York pour l’été, en attendant de savoir s’il va être reçu à Yale. Lorsqu’il croise le chemin de Ben dans un bureau de poste, c’est le coup de foudre. Il y voit un signe du destin. 
De son côté, Ben doute que le destin soit de son côté : il vient de rompre avec son petit ami, Hudson, et n’est pas vraiment prêt pour une nouvelle relation. 
Pourtant, ni l’un ni l’autre ne parviennent à oublier cette première rencontre….

mon-avis

Premièrement je dois remercier les éditions Hachette pour cet envoi. Je dois également vous dire que cette lecture a été l’une des premières (avec Love, Simon) romance homme-homme que je lisais. En ayant déjà lu un livre de chaque auteur je me lançais dans une lecture qui s’annonçait déjà plutôt bien. De plus, ce livre se passe à New York, ce fut donc parfait pour me replonger dans cette ville que j’ai adoré.

– Elle pourrait être l’Hermione de notre trio. Moi, je suis Harry, trop tard.
– Mais ça veut dire que je suis Ron.
– Oui, je sais, ça craint.
– Ron finit avec Hermione.
– D’accord, mais… je ne veux pas être Ron. Personne ne veut être Ron. Probable que même Rupert Grint n’ait pas eu envie de jouer Ron. Ou alors… Qu’est-ce que tu dis de ça ? Moi, je suis Han Solo et, elle, c’est Princesse Leia. Toi, tu peux être Luke.
– M’en fous. On se concentre.

Comme je le pensais, j’ai plus qu’adoré l’écriture des auteurs dans ce romans. Ce que j’aime énormément chez Becky Albertalli c’est le fait qu’il y a beaucoup d’humour, de peps et de moments trop mignon. Et j’adooooore l’humour, les références et la poésie de l’écriture d’Adam Silvera. Ce fut donc un combo plus que parfait qui a été pour moi le premier gros point fort de ce bouquin.
De plus, le fait d’alterner les point de vue entre Arthur et Ben nous permet vraiment de bien comprendre chaque personnage et de s’attacher énormément à eux. J’ai beaucoup aimé leur caractère et leur personnalité bien différente.
Au niveau de l’intrigue et du scénarion, rien de fou. Parfois quelques passages étaient un peu clichés et m’ont fait lever les yeux au ciel. Mais dans l’ensemble j’ai beaucoup aimé cette histoire surtout pour le message véhiculé.
Dernier point que je voulais aborder, la fin. Je ne vais pas vous spoiler mais je tenais à en parler quand même, comprendront ceux qui l’ont lu. J’ai beaucoup aimé cette fin, bien que je me doute que nombreux d’entre vous l’ont peut-être trouvé frustrante ou nulle. Mais je trouve que ça amenait vraiment une dimension différente au roman et que ça refléte parfaitement la réalité de la vie.

Son mec.
Autrement dit, il aime les garçons. Bon, d’accord. Waouh. Ce genre de truc ne m’arrive jamais. Je vous jure. Peut-être que l’univers tourne différemment à New York.
Mister Carton aime les mecs.

Les personnages, comme dit plus haut, sont très attachants. Chacun à leur façon, ils ont su toucher mon petit coeur. Autant les personnages principaux que secondaires.
Arthur a ce petit côté fragile et inquiet qui peut paraître mignon mais parfois un peu agaçant. Ben a ce côté nerd, chill mais avec un coeur tout brisé qui a besoin d’amour. Et Dylan est hilarant.
J’ai adoré suivre l’évolution de chaque personnage, de chaque relation. Tout ne tourne pas forcément comme on le pense et j’ai beaucoup aimé.

— Joli paquet.
Et… merde. La suite déboule en pagaille :
— Enfin, je ne parlais pas de ton « paquet ». C’est juste que… tu as un gros… paquet.
Je mime la taille du truc. Parce qu’à l’évidence c’est le meilleur moyen de désamorcer le sous-entendu, d’écarter les mains comme pour mesurer vous savez quoi.

En résumé ? Une histoire remplie d’humour, d’amour et de fraicheur. Un excellent moment de lecture.

ma-note

45
4 / 5

2 commentaires sur « Pourquoi pas nous ? ~ Becky Albertalli & Adam Silvera »

  1. J’ai bien aimé aussi, même si le personnage d’Arthur m’avait souvent agacé. Il y a aussi ce côté plus réaliste avec la fin que j’ai trouvé sympa 🙂 C’est ouvert, et j’ai trouvé que c’était plus dans une optique : la vie est comme ça après tout.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s