Les Brumes de Grandvilles, tome 1 : Monotropa uniflora ~ Gwendoline Finaz De Villaine

Jamais les vivants n’avaient autant ressemblé à des morts, et les morts à des vivants, qu’en cette année 1919. Ceux qui étaient tombés obsédaient les esprits ; les rescapés n’étaient plus que l’ombre d’eux-mêmes.

informations

Genre : Fiction historique, fantastique
Pages : 300 pages
Edition : Frenchpulp
Collection : Fiction
Date de sortie : 04 mars 2017

IMG_5647

Quatrième de couverture : 1919. Au lendemain de la première guerre mondiale, Apollonie devient professeur de musique. Belle, libre et déterminée, la jeune orpheline découvre la vie au château de Grandville. Elle ne tarde pas à faire la connaissance du fils de la Comtesse, le magnétique et mystérieux Hector, dont la beauté n’a d’égal que le cynisme. Apollonie, encore troublée par cette rencontre, tombe sous le charme indécent d’une voix mystérieuse sortie des ombres… Peut-on tomber amoureux d’une voix, d’un simple esprit, sans perdre son âme ?

 

mon-avis

Tout d’abord je tiens vraiment à remercier les éditions Frenchpulp pour m’avoir envoyé ce livre en version numérique. Malgré quelques problèmes d’envoi ils ont su rester patient et trouver une solution donc je les remercie encore une fois ! ♥

Je vais, comme toujours, commencer par vous parler de l’intrigue et de l’écriture. Tout d’abord, je tiens à dire que normalement je n’aime pas trop les romans historiques. N’étant pas fan d’histoire en général, ce n’est pas un genre qui m’attire. Malgré tout j’ai décidé de me lancer dans cette histoire qui se passe à la fin de la première guerre mondiale. Ce qui m’a le plus attiré c’est cette histoire d’esprits. Et j’ai vraiment bien fait de me lancer car j’ai beaucoup aimé ce roman. Je me suis laissé emportée dans cette histoire, dans ce château et dans ces mystères. Malgré quelques longueurs j’ai vraiment aimé suivre Apollonie à travers ces aventures.
Un autre point positif, pour moi, a été le vocabulaire, la plume de l’auteure. Elle a une plume très spéciale et très riche, ce qui nous plonge vraiment bien dans son univers. Par exemple elle utilise le patois normand pour certains des personnages et ça nous permet vraiment de plonger dans l’univers et la période du roman. En revanche, c’est un vocabulaire un peu complexe parfois. Cela peut être un obstacle à la compréhension pour certains.

A partir de ce jour, et indépendamment de tout ce qui m’attendait par la suite, Hector de Montfaucon, comte de Grandville, devint mon unique obsession.

Concernant les personnages, j’ai beaucoup aimé Apollonie. Tout d’abord son prénom est original et ça m’a bien plu. Ensuite j’ai apprécié son caractère et répartie, elle est une domestique et une femme oui, mais elle ne se laisse pas faire. Elle est déterminée à la limite du têtue parfois néanmoins ^^.
Ensuite Hector, c’est un personnage assez mystérieux et complexe. Je ne veux rien vous en dire car je n’ai pas envie de vous spoiler. Je préfère que vous le découvriez par vous-mêmes !
Tous les personnages du château sont attachants à leur façon, enfin sauf les jumelles.

En résumé, c’était une très bonne lecture, un début de saga prometteur ! J’ai hâte de me plonger dans le prochain tome.

PS : si vous vous demandez que veut dire ce titre Monotropa uniflora, c’est le nom d’une fleur. Voici à quoi elle ressemble, mais je vous laisse lire le livre si vous voulez comprendre le lien avec l’intrigue 😉 !

Indian_pipe_PDB.JPG

ma-note

3,5:5
3,5 / 5

 

Publicités

2 commentaires sur « Les Brumes de Grandvilles, tome 1 : Monotropa uniflora ~ Gwendoline Finaz De Villaine »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s